vin et marmite au noni

Le monde est aujourd’hui, comme depuis la nuit des temps, un kaléidoscope de cultures différentes, chacune suivant son évolution propre. Mais la différence avec les temps anciens réside dans la rapidité avec laquelle les gens, les marchandises et l’information circulent. On peut aujourd’hui boire un café le matin à New-York et partager un dîner familial à Paris dans la même journée. Mais on peut aussi faire des associations mondialisées en cuisine, comme la marmite du pêcheur au noni. Présentation.

La marmite du pêcheur, un concentré de saveurs

Dans toutes les régions littorales du monde, on a pendant longtemps, et presque exclusivement, vécu grâce aux bienfaits de la grande étendue bleue. La mer est en effet généreuse pour qui sait l’écouter. Les pêcheurs de tradition, ceux qui ont forgé leur savoir à l’aune de quotidiennes sorties en mer, savent donc récolter de nombreux produits, et les transformer en de multiples plats aux saveurs variées. Et la marmite du pecheur est typiquement ce plat qui fait apparaître l’identité d’une pêche locale.

La marmite est le plat qui nourrit la famille. Dans les temps anciens, elle accueillait donc tout ce qui se présentait, en fonction de la réussite du jour ou bien des saisons. Ainsi, la marmite du pêcheur au pays Basque est très différente de celle des Hauts-de-France. Si vous souhaitez goûter à cette dernière, qui mélange moules, cabillaud, maquereau et divers autres ingrédients, rendez-vous sur le site leshautsdelices.fr ! Mais sachez aussi que la marmite du pêcheur suit les évolutions de notre monde. Et donc que la marmite du pêcheur au noni est aujourd’hui tout aussi appréciée.

marmite du pêcheur au noni

Poisson et noni, une association étonnante mais réussie !

Les marins ont toujours été des gens ouvert sur l’inconnu. Sans cette qualité, ils n’auraient jamais pu traverser les océans, découvrir de nouvelles terres et permettre finalement au monde, par leurs grandes découvertes, de devenir ce qu’il est aujourd’hui. Ainsi, la gastronomie maritime s’enrichit toujours de l’apport de nouvelles cultures. La marmite du pêcheur au noni résonne donc comme une évidence.

Le noni est le nom donné à un jus extrait d’un arbre indien et australien, appelé «nono» ou pomme-chien. Ce jus aux multiples vertus permettrait à la fois de répondre à des maux très divers et caractéristiques de notre temps comme l’arthrose ou le vieillissement cellulaire. En l’associant aux bénéfices des produits de la mer, vous pourrez ainsi vous concocter un plat aussi roboratif que sain. Mais encore faut-il savoir bien le préparer et surtout l’accompagner.

Comment accompagner sa marmite du pêcheur au noni ?

On le rappelle, la marmite du pêcheur est à l’origine composée de ce que les marins trouvaient sur leur lieu de vie en fonction des saisons. Cabillaud, maquereaux, sardines, seiches, moules et toutes sortes de crustacés sont donc au menu des assiettes de pêcheurs français. Si vous souhaitez en savoir plus sur le mode opératoire pour préparer les poissons, rendez-vous sur le site leshautsdelices. fr.vous y trouverez toutes les informations nécessaires !

Bien accompagner votre marmite du pêcheur, c’est aussi bien sûr savoir trouver les légumes les plus sains et les plus savoureux. Les poireaux, l’ail, les oignons, les carottes et les pommes de terre sont très souvent au menu. Le vin est l’indispensable associé de tout plat gastronomique français qui se respecte. Pour votre marmite du pêcheur au noni, on conseillera évidemment des blancs, par exemple un Chablis ou un Mâcon Villages, voire un Riesling d’Alsace. Et si vous n’aimez pas le blanc, vous pourrez compenser avec un rouge Saumur-Champigny.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here