Vous êtes ici : Jus de Noni » Noni et cancer

Noni et cancer

Un témoignage sur le Noni et le cancer

Des fleurs de noni

Voici un témoignage d’une personne sur le lien entre le Noni et le cancer :

Bonjour, Je me permets de réagir par rapport aux propos tenus sur le jus de noni.

Je précise d’abord que je ne suis pas distributeur.

J’ai eu l’occasion de voir les effets du noni sur ma belle mère, atteinte d’une cancer du foie avec métastases. On lui a décelé ce cancer en septembre 2002, suite à une opération du colon. Les médecins lui ont alors donné 6 mois de survie… Elle a connu le noni par hasard (un ami à elle qui venait de rencontrer un canadien distributeur de noni). Elle a bien sur voulu essayer, car elle supportait très mal la chimio (fatigue extrème, aphtes dans la bouche, plus d’appétit). Au bout d’un mois de prise de noni (elle n’en prenait que 2 bouteilles par mois car, n’ayant plus de gros colon, elle ne pouvait en prendre plus sous peine d’avoir de la diarhée), la fatigue a disparu, les aphtes aussi ! Les chimios suivantes se sont passé à merveille, et ce n’est pas 6 mois qu’elle a tenu, mais deux ans ! Deux ans inespérés, car elle a été en très bonne santé durant tout ce temps. Cet été, son état s’est très rapidement détérioré, et elle nous a quitté en 15 jours.
Je suis convaincu, personnellement, que le noni a potentialisé les effets de la chimio.
Je suis devenu également consommateur de noni (ma femme également), à titre préventif, car c’est un anti-oxydant, et je ressens sincérement les effets sur la fatigue et la santé générale. Alors, effet placebo, ou pas, je ne suis ni médecin, ni psy, mais je peux vous dire que le cancerologue de ma belle-mère a souvent été étonné lors de ses tests sanguins. Ce n’est certes pas un produit miracle comme veulent le laisser entendre certains « profiteurs » de malheur, car autrement ma belle mère serait encore avec nous, mais cela lui a certainement permis d’avoir un confort de vie qu’elle n’aurait pas eu sans le noni.

Cordialement,

Laurent Tardif

(Source : Atoute.org Forum Médical)

Mots clefs: , , , ,

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux RSS.


Noni et Cancer – Résultats d’études

Un chercheur basé à Hawaï, le Dr Ralph Heinicke a pris connaissance du noni et de sa réputation, et a tenté de trouver les ingrédients actifs du noni. Le Dr Heinicke a passé plus de 45 ans à étudier les effets d’un alcaloïde qu’il a découvert et nommé XERONINE. La XERONINE est un alcaloïde relativement petit qui est physiologiquement très actif et important pour le bon fonctionnement de toutes les cellules de l’organisme. Dans ses recherches, le Dr Heinicke a découvert que le jus de noni contient une quantité importante du précurseur de la XERONINE qu’il a appelé la « proxeronine ». La « Proxeronine » fabrique de la pure XERONINE dans l’intestin lorsqu’elle entre en contact avec une enzyme particulière, présente dans le jus de Noni.

Le fruit du Noni

La théorie de Dr Heinicke est que, quand elle est active, la XERONINE fonctionne au niveau moléculaire pour réparer les cellules endommagées. Le Dr Heinicke précise que la fonction première de la XERONINE est de veiller à la rigidité et la forme de protéines spécifiques. Ces protéines ont des fonctions différentes à l’intérieur des cellules, ce qui explique que l’administration de jus de noni entraine une large palette de réactions physiologiques.  Les problèmes que le jus de noni pourrait affecter favorablement sont les suivants:

Et bien d’autres. Cette liste déjà longue est sans doutes « timide et non exhaustive, conservatrice » explique le Dr. Heinicke.

Lorsque M. Ralph Heinicke a obtenu son doctorat en biochimie de l’Université du Minnesota, il a voulu échapper à ces hivers froids du Minnesota et il a pris un emploi à Dole Pineapple Company, à Hawaï. Sa première mission était de développer une méthode pour extraire une enzyme  présente dans les ananas.

Il a jugé qu’il s’agissait d’une enzyme appelée bromélaïne et a trouvé le moyen pour l’extraire. Il a travaillé avec Smith-Kline et le Rohr sociétés pharmaceutiques à développer son utilisation médicale.

Il a réalisé qu’un certain alcaloïde appelé xéronine semblait jouer un rôle important dans le bon fonctionnement et la croissance des cellules du corps humain. La xéronine se forme dans l’intestin, résultat d’une réaction chimique entre la proxéronine et la proxéronase. Le Dr Heinicke a découvert que ces deux substances existaient en abondance dans le fruit du noni de Tahiti.

Le corps humain a une capacité limitée de fabrication de XERONINE. De plus la quantité de XERONINE produite par notre corps diminue avec l’âge, le stress et une mauvaise alimentation. Ceci affecte directement le niveau de la santé et de récupération.

L’action anti-cancer du noni après implantation sur souris de la Tumeur Lewis

Une très importante étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’Hawaii dirigée par Annie Hirazumi s’est intéressée aux effets sur le cancer. Mme Hirazumi s’est intéressée à l’étude des fruits de noni en raison de ses expériences antérieures avec ses incroyables qualités.

L’étude menée par Mme Hirazumi et ses collègues a été réalisée sur des souris de laboratoire vivantes (en particulier C57BL / 6 ). Une souche de cancer du poumon a été injecté (Tumeur Lewis) . En l’absence de traitement, les souris sont mortes 9 à 12 jours après l’injection et la croissance de la tumeur Lewis. Une partie des souris ont été traitées avec du jus de noni (5 traitements chaque jour).

Le jus de noni a contribué de manière significative à augmenter la durée de vie des souris traitées (de 105% 123%) avec 9 des 22 survivants dont la vie a été prlongée de plus de 50 jours. L’expérience a été répétée sur un autre lot de souris avec des résultats similaires. L’équipe de recherche a conclu que le jus de noni semble agir indirectement en améliorant système immunitaire de l’hôte. Ce processus implique les macrophages et / ou les lymphocytes.

Activité anti cancer

une équipe dirigée par le scientifique français Chafique Younos, a testé les effets de la plante Morinda citrifolia. Ils étaient au courant de l’utilisation traditionnelle de la plante comme un analgésique général, et essayaient de déterminer si ces allégations sont valables. Cette étude comprenait diverses expériences sur les souris traitées afin de déterminer l’effet analgésique, le cas échéant, de la plante et des extraits de la Morinda citrifolia (noni). La conclusion de ces chercheurs est que l’extrait a eu des effets analgésiques régulièrement, dans chaque expérience. La conclusion de cette étude comprenait une simple déclaration auprès des auteurs: « Ces résultats valident les propriétés analgésiques traditionnelles de cette plante ».

Les chercheurs ont comparé le pouvoir antioxydant du jus de noni à celui de la vitamine C, d’extrait de pépins de raisin et de pycnogénol. La capacité antioxydante du jus de noni était 2,8 fois plus forte que celle de la vitamine C, 1,4 fois plus importante que celle du pycnogénol et 1,1 fois plus grande que celle de l’extrait de pépins de raisin.

Pour en savoir plus :

Mots clefs: , , , ,

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux RSS.


Le noni et le cancer

fleurs de noni

Depuis peu, beaucoup de personnes présentent le Noni comme un remède naturel contre le cancer, quand est-il vraiment ?

Un livre de 111 pages est sortit intitulé : Le noni et le cancer
Ce livre est écrit par Neil Salomon et il a été traduit par Jocelyne Roy.

Présentation du livre « Le Noni et le cancer » par l’éditeur :

Le noni offre une approche thérapeutique de soutien prometteuse dans la lutte contre le cancer, tout en minimisant les effets secondaires d’autres traitements, comme la chimiothérapie. Bien que le noni ne renferme pas toutes les substances connues pouvant lutter contre le cancer, la recherche a démontré qu’il peut stimuler la production, l’activité et l’efficacité de nombreux composants du système immunitaire qui, pour la plupart, interviennent directement dans la lutte incessante que mène notre organisme contre le cancer. Une enquête réalisée auprès de 1900 utilisateurs de noni a révélé que près des deux tiers des patients cancéreux qui en consomment ont signalé une atténuation de leurs symptômes ou des effets secondaires provoqués par d’autres traitements, comme la chimiothérapie. Il existe une quantité colossale de données qui indiquent qu’une attention rigoureuse portée à la nutrition, aux compléments alimentaires, à l’exercice, aux techniques de relaxation et à d’autres traitements peut jouer un rôle extrêmement positif dans la prévention du cancer. Le noni, lorsqu’il est intégré à de saines habitudes de vie, peut-être aussi très avantageux pour le patient qui souffre d’un cancer.

La biographie de Neil Salomon (l’auteur du livre) :

Neil Salomon, M.D, Ph. D., a reçu sa formation médicale à la Johns Hopkins University et à l ‘université du Maryland. Il a été premier secrétaire de la Santé et de l’hygiène mentale du Maryland et il a présidé quatre commissions gouvernementales.
Auteur à succès cité par le New York Times, ancien chroniqueur du Los Angeles Times, il agit actuellement à titre de consultant aux Nations unies et auprès de l’Organisation mondiale de la santé.

Le lien entre le Noni et un cancer :

D’après le site Euromémo, le jus Noni contient différents substances, les plus importantes sont la proxeroninase et proxeronine. En buvant le jus Noni le corps fabrique de la “xéronine”. La xéronine active les protéines dans notre corps et participe à la construction de la structure cellulaire et à la production de l’énergie. Les cellules qui ne fonctionnent pas correctement ou qui sont endommagées sont aidées à se rétablir naturellement. (Source : Euromemo – Claude Borremans)

Pour plus d’informations :

Mots clefs: , , , ,

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux RSS.